Article (D-5) Spinozist criticism of extracts from SAPIENS by Y.N. Harari - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

Article (D-5) Spinozist criticism of extracts from SAPIENS by Y.N. Harari

Article (D-5) Critique spinoziste d'extraits de SAPIENS de Y.N. Harari

(1)
1
Andre Moulin
  • Function : Author
  • PersonId : 1056608

Abstract

This article is based on articles (A-0) Presentation of the Spinozist foundations and a series of HSS articles and (B-2) Fundamental premises for any HSS to analyse the following excerpts from Y.N. Harari's SAPIENS (A Brief History of Humanity) : "The Tree of Knowledge", Introduction and legend of Peugeot, "The cogs of industry" (Life on the treadmill) of the "scientific revolution". "The greatest swindle in the history" of "The Agricultural Revolution". "There is no justice in the history" of "The Agricultural Revolution". "Imperial Visions" of "The Unification of Mankind". The "capitalist credo" of the "scientific revolution". Our analysis of SAPIENS is based on the following thesis: affected in multiple ways, humans are infinitely diverse and produce an infinite number of fictions, myths, etc. It is simply a matter of noting the variety of literary wealth. The fictions, myths and other edifices of ideas that are more or less held together are said to be "common" when they have been imposed on everyone in one way or another: adhesion, persuasion, power relations, physical or symbolic violence. To consider the manner, we can reformulate Chantal Mouffe's question ("who decides what is or is not rational?") in the following terms: "who decides what is or is not a common myth? "and complete it with this question: how does a myth impose itself? The SAPIENS book is ambitious when it comes to the history of mankind. It is largely based on the following fundamental premise: the capacity of the human to say and exchange on matters that are not real, i.e. not perceptible by the five senses. These matters that are not real, Y.N. Harari calls them "fictions". These "fictions" or "common myths" would have enabled man to "cooperate successfully" to the extent of "founding cities of tens of thousands of inhabitants and empires of hundreds of millions of people". Among these fictions or myths, the author cites "Legends, myths, gods and religions" but also "human rights, laws, justice, limited liability companies". We take note of this huge difference between man and animal, but we say that another primordial, non-explicit premise underpins SAPIENS: these "fictions" or "common myths" are said to be caused by themselves, or at least not caused by real things. This allows Y.N. Harari to put "gods and religions" as well as "human rights" in the same fictional or mythical bag. This allows him to say that "the power of men relies on collective fictions", whereas many facts would lead one to say that "the power of men relies on dominations and power relations ... to impose certain fictions and not others » in fact. We contest this implicit premise even if many people believe that "gods and religions" do not have real causes but divine causes (e.g. revelations made by an angel, a god becoming man) because we believe that "fictions" such as "human rights, laws, justice, "limited liability companies" proceed from "human" causes. Our thesis, on which this "Spinozist" criticism is based, is that everything that proceeds from the human (ideas, fictions, myths, gods and religions", "human rights, laws, justice, "limited liability companies" or any other human institution, individual or common actions) is pushed by all kinds of affects (desire, fear, anger, revolt or submission, etc.). .) caused by all sorts of affections (hunger, illness, suffering, humiliation, violence, honours, threats, good food and concupiscence, etc., but also imitation of affections (e.g. saying and acting according to our loved ones) and the power of the multitude (e.g. influence of one's neighbourhood, colleagues, opinion, a leader)). We note that "fictions" or "common myths" have enabled and still enable man to have recourse to each other, sometimes hundreds of millions, but without pretending that this recourse is always a "successful cooperation": it can be mutual help but also an association or enrolment under coercion, an association dominated by the most socially strongest affects. Finally, in order to be understandable and to allow successful association, all these "fictions" ("myths, gods and religions", "human rights, laws, justice, "limited liability companies") must be edifices of ideas that are roughly consistent and complete. This is only possible if these edifices of ideas are based on premises, premises driven by the most socially intense affects. Our analysis of the evocation of slavery and the animal industry (paragraph life on the treadmill) is an example of our critical approach: "Just as the transatlantic slave trade was not the result of hate for Africans, it is not animosity that inspires the modern animal industry, but indifference. ». All human actions, particularly those setting up organisations, are driven (inspired) by something and not by nothing ("indifference"): slavery is not "causa sui"! If affects such as hate for Africans or animosity towards animals do not "result" in the slave trade " or the " animal industry ", why mention them at all? It is better to suggest affects that are likely to lead to them, tangible affects and desires of all sorts, e.g. profit motives, desires to enjoy a cheap roast chicken.
Cet article s'appuie sur les articles (A-0) Présentation des fondements spinozistes et d'une série d'articles de SHS et (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS pour analyser les extraits suivants de l'ouvrage SAPIENS (Une brève histoire de l'humanité) de Y.N. Harari1 : « L’Arbre de la connaissance », Introduction et légende de Peugeot, « Les rouages de l’industrie » (La vie sur le tapis roulant) de « la révolution scientifique » « La plus grande escroquerie de l’histoire » de « La révolution agricole » « Il n’y a pas de justice dans l’histoire » de « La révolution agricole » « Visions impériales » de « L'unification de l'humanité » « Le credo capitaliste » de « la révolution scientifique » Notre analyse de SAPIENS est fondée sur la thèse suivante : affectés de multiples façons, les humains sont infiniment divers et produisent une infinité de fictions, mythes, etc.. : il n'est que de constater la variété des richesses littéraires. Les fictions, mythes et autres édifices d'idées qui se tiennent plus ou moins sont dits «communs» lorsque ils ont pu être imposés à tous d'une manière ou d'une autre : adhésion, persuasion, rapport de force, violence physique ou symbolique. Pour considérer la manière, nous pouvons reformuler l'interrogation de Chantal Mouffe2 (« qui décide de ce qui est ou n’est pas rationnel? ») en ces termes : « qui décide de ce qui est ou n’est pas un mythe commun? » et la compléter par cette question : comment un mythe s'impose t'il ? A propos de l'histoire de l'humanité, l'ouvrage SAPIENS est ambitieux. Il repose en grande partie sur la prémisse primordiale suivante : la capacité du seul être humain à dire et échanger sur des choses qui ne sont pas réelles, à savoir non perceptibles par les cinq sens. Ces choses qui ne sont pas réelles, Y.N. Harari les appelle « fictions ». Ces « fictions » ou « mythes communs » auraient permis à l'homme de « coopérer avec succès » jusqu'à «  fonder des cités de plusieurs dizaines de milliers d’habitants et des empires de centaines de millions de sujets ». Parmi ces fictions ou ces mythes, l'auteur cite « Légendes, mythes, dieux et religions » mais également « droits de l’homme, lois, justice, sociétés anonymes à responsabilité limitée ». Nous prenons acte de cette différence considérable entre l'homme et l'animal mais nous disons qu'une autre prémisse primordiale, non explicitée, fonde SAPIENS : ces « fictions » ou « mythes communs » seraient causes d'eux-même, ou, à tout le moins, non causés par des choses réelles3. Ceci autorise Y.N. Harari à mettre dans le même sac fictionnel ou mythique aussi bien « dieux et religions » que « droits de l’homme ». Ceci lui permet de dire4 que « Le pouvoir des hommes repose sur des fictions collectives » alors que bien des faits conduiraient à dire Le pouvoir des hommes repose sur des dominations et rapports de force .. pour imposer dans les faits certaines fictions et pas d'autres. Nous récusons cette prémisse implicite même si beaucoup croient que « dieux et religions » n'ont pas de causes réelles mais des causes divines (ex : des révélations faites par un ange, un dieu fait homme) car nous pensons que des « fictions » comme « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée » procèdent de causes «humaines». Notre thèse, fondant cette critique « spinoziste », est que toute chose procédant de l'humain (idées, fictions, mythes, dieux et religions », « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée » ou toute autre institution humaine, actions individuelles ou communes) est poussée par toutes sortes d'affects (désir, crainte, peur, colère, révolte ou soumission, etc..) causés par toutes sortes d'affections (faim, maladie, souffrance, humiliation, violences, honneurs, menaces, bonne chère et concupiscence, etc. mais aussi imitation des affects (ex : dire et agir en fonction de nos proches) et puissance de la multitude (ex : influence de son quartier, de ses collègues, de l'opinion, d'un leader)). Nous retenons que des « fictions » ou « mythes communs » ont permis et permettent encore à l'homme de recourir aux uns et aux autres, parfois des centaines de millions, mais sans prétendre que ce recours soit toujours une « coopération avec succès » : ce peut être un secours mutuel mais aussi une association ou un enrôlement sous contraintes, association dominée par les affects les plus intenses socialement5. Enfin, pour être comprises et permettre de s'associer avec succès, toutes ces « fictions » (« mythes, dieux et religions », « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée ») doivent être des édifices d'idées qui se tiennent à peu près, à savoir suffisamment cohérents, consistants et complets. Cela ne se peut que si ces édifices d'idées sont fondés sur des prémisses, prémisses poussées par les affects les plus intenses socialement. Notre analyse de l'évocation de l'esclavage et de l’industrie animalière (paragraphe la vie sur le tapis roulant) est un exemple de notre approche critique : « De même que le trafic d’esclaves transatlantique n’était pas le fruit d’une haine vouée aux Africains, ce n’est pas l’animosité qui inspire l’industrie animalière moderne, mais l’indifférence. ». Toutes les actions humaines, notamment celles mettant en place des organisations, sont poussées (inspirer) par quelque chose et non pas par rien (« l’indifférence ») : l'esclavage n'est pas « causa sui » ! Si les affects du type haine vouée aux Africains ou animosité envers les animaux n'ont pas pour « fruit » « le trafic d’esclaves » ou « l'industrie animalière », pourquoi les nommer ? Il vaut mieux suggérer des affects susceptibles de pousser à ceux-ci, des affects et désirs tangibles de toute sorte, ex : appât du gain, désirs de déguster un poulet rôti bon marché.
Fichier principal
Vignette du fichier
Article (D-5) Critique spinoziste d'extraits de SAPIENS de Y.N. Harari hyp-org.pdf (228.08 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03494654 , version 1 (05-01-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03494654 , version 1

Cite

Andre Moulin. Article (D-5) Critique spinoziste d'extraits de SAPIENS de Y.N. Harari. 2022. ⟨hal-03494654⟩
47 View
26 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More