article (D-7) Spinozist analysis of the different rationalities and R Boudon's thesis - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

article (D-7) Spinozist analysis of the different rationalities and R Boudon's thesis

article (D-7) Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon

(1)
1
Andre Moulin
  • Function : Author
  • PersonId : 1056608

Abstract

Taken from the article "rationality" on Wikipedia, the following quotation allows us to summarize our point of view before proposing a more argued critical analysis of the different rationalities presented by Max Weber and mobilized by sociologists like Raymond Boudon. "In his "general theory of rationality", Raymond Boudon believes that all human action occurs because men are "naturally rational". According to him, rationality is not only that developed by neoclassical economists, who reduce all action to a calculation of interest. Rationality can be linked to values. For example, someone who sacrifices his life for a noble cause is rational. This is called axiological rationality. Believing therefore that values are "universal", Boudon fights relativism in the social sciences ". With regard to the key words (reason, values, universal, relativism), we argue that: (1-) most men desire, for all sorts of "reasons", to be guided by their reason (2-) about anything, everyone, including the researcher, desires to build his reason or to make his own a reason of another, namely an edifice that stands with coherent, consistent and not too incomplete ideas about that thing. This is only possible if, consciously or unconsciously, this edifice of ideas is based on premises which, in fine , derive from what he perceives as requirements of the nature of this thing and his own requirements or are driven by his feelings, his desires Note 1: "in fine" because premises can be propositions arising from a reasoning of an upstream reason, this upstream reason being itself founded on premises, and so on recursively until going back to the most upstream premises which then proceed only from what is perceived as a requirement of nature (e.g. a phenomenon) or from affects (e.g. desire for ..). Thus for David Hume3 , moral statements are driven by feelings and not deduced from reason. Note 2: In the appendix: Moral philosophy through the prism of reason and affect we describe the edifices of ideas that hold for the three types of ethics ("consequentialist", "virtue" and "deontological-teleological") when they are experienced under the guidance of reason (3-) certain premises of their reason about a thing are linked to moral statements or "values" (examples: (1-) self-sacrifice to the point of "sacrificing one's life for a noble cause"; (2-) "every man for myself) to the point of sacrificing the lives of others to satisfy one's desires), (4-) "Values" being of all kinds and diversely shared, only empirical studies, with an interpretive approach, allow to rule on the universality of some or at least on the majority presence of this one or the minority of that one, (5-) Individuals and organisations may hold passionately to their reasons and values, in particular to those on which their reasons are based, and not at all consider them to be "relative", or even debatable. This can lead to all sorts of agreements, (6-) the HSS researcher must attempt to be 'neutral' and non-judgmental when considering the values that animate social actors, individuals and organisations, through a critical and interpretative approach. (7-) (a-) An idea is considered to be "true" if it is consistent with the premises of what are perceived as the requirements of nature, including the requirements of ALL the people involved. (b-) An idea is judged as "right" or not by everyone concerned if it is consistent or not with HIS premises driven in fine by his affects. "Everyone" includes ALL persons, physical or moral in most cases under the guidance of a certain reason , concerned, i.e. being or having been affected, these affections provoking all kinds of affects. The researcher-observer in HSS is also a concerned person, but not the only one! Based on articles by Catherine Colliot-Thélène and Raymond Boudon , we propose to (1-) first explain Max Weber's four "ideal-type" rationalities by mobilising our thesis, (2-) then to complete these rationalities with "scientific" rationalities, those of the so-called "exact" sciences and those of the "human" sciences, (3-) then to complete by taking into account not only the rationalities of individuals but also the rationalities that characterise human organisations and institutions of all kinds, and therefore the dialectics between the rationalities of individuals, between the rationalities of individuals and the organisations that concern them, and between the rationalities of organisations, (4-) to specify what is to be understood by "the right" and "the true" by mobilising R. Boudon's eponymous work.
Reprise de l'article « rationalité » sur Wikipedia, la citation suivante permet de résumer notre point de vue avant de proposer une lecture critique plus argumentée des différentes rationalités présentées par Max Weber et mobilisées par des sociologues comme Raymond Boudon. « Dans sa « théorie générale de la rationalité », Raymond Boudon estime que toute action humaine se produit car les hommes sont « naturellement rationnels ». Selon lui, la rationalité n’est pas seulement celle développée par les économistes néoclassiques, qui réduisent toute action à un calcul d’intérêt. La rationalité peut être liée aux valeurs. Par exemple quelqu'un qui sacrifie sa vie pour une cause noble est rationnel. Il faut parler alors de rationalité axiologique. Estimant par conséquent que les valeurs sont « universelles », Boudon combat le relativisme dans les sciences sociales1. ». Au regard des mots clés (raison, valeurs, universel, relativisme), nous disons que : (1-) la plupart des hommes désirent, pour toutes sortes de « raisons », être sous la conduite de leur raison (2-) à propos de toute chose, chacun, dont le chercheur, désire construire SA raison ou faire sienne une raison d'un autre, à savoir un édifice qui se tient avec des idées cohérentes, consistantes et pas trop incomplètes à propos de cette chose. Cela n'est possible que si, consciemment ou non, cet édifice d'idées est fondé sur des prémisses qui, in fine2, dérivent de ce qu'il perçoit comme nécessités de la nature de cette chose et ses propres nécessités ou sont poussées par ses sentiments, ses désirs Remarque 1 : « in fine » car des prémisses peuvent être des propositions issues d'un raisonnement d'une raison en amont, cette raison en amont étant elle-même fondée sur des prémisses, et ainsi de suite récursivement jusqu'à remonter aux prémisses les plus en amont qui ne procèdent alors que de ce qui est perçu comme nécessité de la nature (ex : un phénomène) ou d'affects (ex : désir de ..). Ainsi pour David Hume3, les énoncés moraux sont poussés par les sentiments et non déduits d'une raison. Remarque 2 : Dans l'annexe : philosophie morale au prisme de la raison et des affects nous décrivons les édifices d'idées qui se tiennent des trois types d'éthiques (« conséquentialiste », « des vertus » et «déontologique-téléologique») lorsqu'elles sont vécues sous la conduite de la raison (3-) certaines prémisses de leur raison à propos d'une chose sont liées à des énoncés moraux ou « valeurs » (exemples : (1-) abnégation jusqu'à « sacrifier sa vie pour une cause noble » ; (2-) « chacun pour moi » jusqu'à sacrifier la vie des autres pour assouvir ses désirs), (4-) les « valeurs » étant de toutes sortes et diversement partagées, seules des études empiriques, avec une approche interprétative, permettent de statuer sur l' universalité de certaines ou tout au moins sur la présence majoritaire de celle-ci ou minoritaire de celle-là , (5-) Individus et organisations, peuvent tenir passionnément à leurs raisons et leurs valeurs en particulier à celles qui fondent leurs raisons, et ne pas du tout les considérer comme « relatives », ni même discutables. Cela peut conduire à toutes sortes d'accords, (6-) le chercheur en SHS doit s'attacher à être « neutre » et sans jugement de valeur lorsqu'il considère les valeurs qui animent les acteurs sociaux, individus et organisations, par une approche critique et interprétative. (7-) (a-) Une idée est appréciée comme « vraie » si elle est cohérente avec les prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature, dont les nécessités de TOUTES les personnes concernées. (b-) Une idée est appréciée comme « juste » ou non par chacun concernée si elle est cohérente ou non avec SES prémisses poussées in fine par ses affects. « Chacun » comprend TOUTES les personnes, physiques ou morales en général sous la conduite d'une certaine raison4, concernées à savoir étant ou ayant été affectées, ces affections leur provoquant toutes sortes d'affects. Le chercheur-observateur en SHS est aussi une personne concernée mais ce n'est pas la seule ! En s'appuyant sur des articles de Catherine Colliot-Thélène5 et de Raymond Boudon6, nous proposons (1-) tout d'abord d'expliciter les quatre rationalités « idéal-type » de Max Weber en mobilisant nos thèses, (2-) puis de compléter ces rationalités avec les rationalités « scientifiques », celles des sciences dites « exactes » et celles des sciences « humaines », (3-) puis encore de compléter en prenant en compte non seulement les rationalités des individus mais aussi les rationalités qui caractérisent les organisations et institutions humaines de toutes sortes, et donc les dialectiques entre rationalités d'individus, entre rationalités d'individus et d'organisations qui les concernent, entre rationalités d'organisations, (4-) de préciser ce qu'il faut entendre par « le juste » et « le vrai » en mobilisant l'ouvrage éponyme de R. Boudon.
Fichier principal
Vignette du fichier
article (D-7) Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon.pdf (307.17 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03494659 , version 1 (05-01-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03494659 , version 1

Cite

Andre Moulin. article (D-7) Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon. 2022. ⟨hal-03494659⟩
40 View
18 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More