B-1 Critical and interpretative approach - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

B-1 Critical and interpretative approach

article (B-1) Approche critique et interprétative

(1)
1
Andre Moulin
  • Function : Author
  • PersonId : 1056608

Abstract

This article is based on Spinoza's critical article A-3-criticism of Reason in Spinoza and introduction of multiple reasons in his works (everyone's reason for something is based on premises derived from what he perceives as the necessities of the nature of the thing and his own nature and premises driven ultimately by his feelings). The thesis argued in this article (A-3) leads us to favour an interpretative approach to the sociological terrain. Our sociological anthropology is that of E.P. Thompson : people, even 'ordinary' and oppressed people, think and can be driven by reason, their reason. The proposed epistemology is based on the first assumption that all organisations and all people, agents or not of these organisations, wishing to be and to act with a certain coherency (under the guidance of reason, with ideas and actions 'that make sense') are necessarily guided by more or less complex declarative and performative statements. These statements are a priori, implicitly or explicitly stated by these organisations and individuals, and they are indisputable by the logic they inspire. These statements give the meaning of this logic, a logic sometimes called ''rationality'', ''pragmatism'', ''efficiency'', etc... This is to underline the fact that there is no such thing as "good" rationality, pragmatism, efficiency in itself. This first assumption is based on philosophical considerations mobilising Spinoza, Popper and Kuhn, Hume, etc developed in the article "(A-1) Argumentation for multiple reasons about one thing". This assumption leads us to adopt a priori the anthropology of E.P. Thompson for whom every person thinks, whether he or she is dominated or dominant, and is therefore not necessarily alienated or has a hungry or full belly. Our second assumption is that the statements inspiring organizations are a priori different from the statements inspiring the people involved in these organizations, including their agents. Therefore, "agreements" between people, between organisations and people and between organisations , all driven by different a priori reasons, can be obtained by adhesion or submission to a power struggle or violence.
Cet article repose sur l'article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits (la raison de chacun à propos d'une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qu'il perçoit comme des nécessités de la nature de la chose et de sa propre nature et des prémisses poussées in fine par ses sentiments). La thèse défendue dans cet article (A-3) conduit à privilégier une approche interprétative du terrain sociologique. Notre anthropologie sociologique est celle de E.P. Thompson1 : les gens, même « ordinaires » et opprimés, pensent et peuvent être conduits par la raison, leur raison. L'épistémologie proposée repose sur la première hypothèse que toutes les organisations et toutes les personnes, agents ou non de ces organisations, désirant être et agir avec une certaine cohérence (sous la conduite de la raison, avec des idées et des actes « qui se tiennent ») sont nécessairement inspirées par des énoncés déclaratifs et performatifs2 plus ou moins complexes. Ces énoncés sont posés à priori, implicitement ou explicitement, par ces organisations et personnes et ils sont indémontrables par la logique qu'ils inspirent. Ces énoncés donnent le sens de cette logique, logique nommée parfois « rationalité », « pragmatisme », « efficacité », etc.. Ceci pour insister sur le fait qu'il n'y a pas de rationalité, de pragmatisme, d'efficacité « bonne » en soi. Cette première hypothèse repose sur des considérations philosophiques mobilisant Spinoza, Popper et Kuhn, Hume, etc développées dans l'article « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d'une chose ». Cette hypothèse conduit à adopter à priori l'anthropologie de E.P. Thompson3 pour qui chaque personne pense, qu'elle soit dominée ou dominante, et qu'elle n'est donc pas forcément aliénée4 ou qu'un ventre affamé ou plein. Notre deuxième hypothèse est que les énoncés inspirant des organisations sont à priori différents des énoncés inspirant les personnes concernées par ces organisations, dont les agents de celles-ci. Aussi, les « accords » entre personnes, entre organisations et personnes et entre organisations5, toutes conduites par des raisons à priori différentes, peuvent aussi bien être obtenus par adhésion ou soumission à un rapport de force ou une violence.
Fichier principal
Vignette du fichier
article (B-1) Approche critique et interprétative hyp-org-2.pdf (186.03 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-02326783 , version 1 (26-10-2019)
hal-02326783 , version 2 (02-04-2020)
hal-02326783 , version 3 (14-12-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02326783 , version 3

Cite

Andre Moulin. article (B-1) Approche critique et interprétative. 2020. ⟨hal-02326783v3⟩
167 View
85 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More